top of page
Rechercher

The Albanu Foundation : quand la technologie se met au service de la protection de la vie sauvage

MICROSOFT – Article MSEO


Et si on vous disait que les nouvelles technologies peuvent protéger des milliers d’éléphants ? C’est en tout cas l’ambition de The Albanu Foundation, qui améliore de façon innovante la conservation d’espèces menacées en Afrique.



Depuis plusieurs années, Margaux Claret et Jean-Philippe Claret ont un objectif : protéger les éléphants d’Afrique, emblèmes incontournables du règne animal mais aussi cibles privilégiées des braconniers. Comment ? En mettant les nouvelles technologies au service du travail de terrain réalisé par les associations, les fondations et les populations locales, afin de faire barrage au braconnage tout en créant les conditions nécessaires d’une relation Homme-animal harmonieuse aux alentours des réserves. Un projet ambitieux, porté depuis deux ans par The Albanu Foundation, qui rassemble de nombreux experts tous convaincus que les nouvelles technologies peuvent faire une vraie différence dans la façon d’adresser les grands enjeux environnementaux et sociétaux d’aujourd’hui et de demain.


Respectivement présidente et membre fondateur de la fondation, Margaux et Jean-Philippe Claret reviennent pour nous sur cette aventure humaine, environnementale et technologique, et nous disent comment leur partenariat avec Microsoft leur donne les moyens d’aller plus loin dans leur démarche.




Prendre part à la conservation des éléphants d’Afrique australe

Braconnage, surpopulation et sécurité des Hommes : les nombreux défis à relever


The Albanu Foundation est implantée en Afrique du Sud, en Namibie, au Botswana et au Zimbabwe, des pays où les populations denses d’éléphants manquent d’espace – le Botswana compte à lui seul 50 % de la population des éléphants d’Afrique – et où la lutte contre le braconnage est une véritable préoccupation. « Pour ces pays, la meilleure façon de protéger les éléphants passe par le suivi, l’analyse et la prédiction de leurs mouvements, plutôt que par la traçabilité directe des braconniers » explique Jean-Philippe Claret, et d’ajouter que « cette approche permet également de mieux délimiter l’habitat de ces animaux et ainsi d’éviter les débordements au sein des cultures et villages environnants ».


Il s’agit donc ici de maîtriser les déplacements des animaux en apportant un niveau de technologie supplémentaire aux dispositifs de tracking d’ores et déjà utilisés sur le terrain, tout en offrant un niveau plus avancé de sécurité dans le suivi des animaux, le système radio précédemment utilisé pouvant être la cible de cyberattaques malveillantes visant à identifier leur géolocalisation, mais aussi aux brigades anti-braconnage sur le terrain. « Notre mission est de sécuriser tout le travail réalisé par les brigades et de leur fournir des outils efficaces pour comprendre les mouvements des éléphants et être en mesure de les rediriger vers leur habitat naturel » détaille Margaux Claret, précisant que cette notion de sécurité est essentielle à la démarche puisque les braconniers qui opèrent dans ces régions représentent un danger bien réel, tant pour les animaux que pour les Hommes.



Les nouvelles technologies, la réponse adaptée

Pour relever ces nombreux défis, les équipes rassemblées autour du projet de The Albanu Foundation se mettent en ordre de marche afin d’élaborer des dispositifs capables de collecter un maximum de données émanant des mouvements des éléphants et du terrain : latitudes, longitudes, sons et bruits anormaux… Tout est passé au crible à l’aide de drones, de capteurs IoT, d’infrastructures Edge et de technologies Cloud. Le couplage IoT-drones permet de remplacer en partie l’usage d’hélicoptères. Les mouvements, les sons et les données GPS des animaux qui sont enregistrés au travers de capteurs positionnés sur certains des animaux et envoyés vers le Cloud Azure pour être analysés et classifiés. Une mécanique complexe qui doit aussi tenir compte de certaines difficultés comme les temps de latence, les réseaux instables, ou la complexité d’effectuer une mise à jour de la plateforme… Mais cela n’entame en rien les ambitions de The Albanu Foundation, bien au contraire : Margaux, Jean-Philippe Claret et leurs partenaires souhaitent plus que jamais donner un coup d’accélérateur technologique à leur projet…





Avoir un impact (encore) plus grand grâce aux technologies Microsoft

Fiabilité, modularité, sécurité, performance… Toute la puissance d’Azure

Pour ce faire, les équipes de The Albanu Foundation se tournent vers les technologies Azure : « Nous voulions coupler nos technologies développées en propre avec les fonctionnalités et la puissance du Cloud Azure » indique Jean-Philippe Claret. L’objectif ? Profiter de la fiabilité, de la modularité et de la sécurité des services Azure pour construire une chaîne de valeur robuste et efficace qui allie travail opérationnel et technologies, en adressant de multiples cas d’usage :


· L’intelligence artificielle de Microsoft Azure permet à The Albanu Foundation de renforcer les capacités de prédiction de mouvements des éléphants ;

· Les équipes terrain disposent désormais de tableaux de suivi et de surveillance au sein desquels sont agrégées toutes les informations relatives à la localisation des animaux ;

· A chaque éléphant est associé un modèle de Machine Learning, par le biais de Digital Twins – aussi appelés « jumeaux numériques » – afin de mieux comprendre et anticiper les déplacements des troupeaux ;

· Azure IoT Edge permet de visualiser les écarts des éléphants par rapport à leur habitat naturel, comprendre et prédire les mouvements de population dus à la présence de braconnier. L’objectif ? Renforcer la protection des animaux, la sécurité des villages et des cultures ;

· Les protocoles utilisés par Azure viennent ajouter une couche de sécurité au réseau LoRa, pour des infrastructures doublement sécurisées.


De plus, la maintenabilité et la mise à jour des colliers des éléphants – qui contiennent des microprogrammes capables de collecter les données nécessaires au tracking – sont nettement optimisées. Plutôt que d’endormir les animaux pour procéder manuellement à la mise à jour des composants des différents colliers, les technologies Microsoft permettent de réaliser ces mises à jour à distance par le biais d’un « éléphant master » qui centralise toutes les informations d’un troupeau. « Les technologies Azure nous permettent d’équiper les éléphants avec des microprogrammes opérationnels et mis à jour au fur et à mesure depuis le Cloud, sans que les brigades ne soient contraintes de réaliser cette opération sur le terrain, a fortiori depuis des zones potentiellement dangereuses » décrit Jean-Philippe Claret.


En parallèle, les équipes de The Albanu Foundation utilisent des tablettes Surface auprès des brigades. En effet, l’ergonomie de ces équipements tactiles est particulièrement adaptée aux conditions de travail « tout-terrain » des patrouilles et permet par ailleurs de rassembler en un seul et même endroit toutes les fonctionnalités Azure nécessaires à leur mission. « Les tablettes Surface permettent d’embarquer toutes les données des trackeurs, les données d’intelligence et donnent aussi accès aux informations des autres espèces situées à proximité des éléphants » explicite Margaux Claret. Par exemple, si un éléphant ne se dirige pas au bon endroit, les brigades seront alors notifiées directement depuis les tablettes Surface et pourront agir en conséquence. « Ces équipements permettront aux brigades de ne plus dépendre constamment d’un centre de contrôle. Elles pourront intervenir plus vite » souligne la présidente de la Fondation, une aubaine quand on sait que sur le terrain, « chaque minute compte ».



FastTrack, un ingrédient indispensable à la réussite du projet

La montée en puissance technologique de The Albanu Foundation et de NGS-Drone a été soutenue par FastTrack, un programme d’accompagnement développé par Microsoft. « Sans FastTrack, nous ne serions pas là où nous en sommes aujourd’hui, nous aurions probablement commis des erreurs dans la façon de concevoir notre architecture » signale Jean-Philippe Claret, indiquant que « certains sujets comme le Edge sont complexes, et nous avions besoin d’être accompagnés pour en comprendre les particularités, les limites… ».


FastTrack s’est ainsi avéré être fondamental à bien des égards et a permis à The Albanu Foundation de transformer son concept technologique en un véritable produit. Les experts Microsoft ont en effet pu répondre à toutes les interrogations technologiques et faciliter la migration vers le Cloud Azure. De plus, Margaux, Jean-Philippe Claret et leurs partenaires ont gagné en agilité, en autonomie et sont désormais en mesure de construire leur propre infrastructure tout en étant adossés à la puissance des technologies Microsoft.


Cette dynamique vertueuse donne à The Albanu Foundation les moyens de porter ses ambitions toujours plus loin. Et demain, les équipes entendent partager leurs savoir-faire avec un maximum d’acteurs et répliquer leur approche à d’autres espèces menacées comme les abeilles, les rhinocéros ou encore des essences d’arbres rares et menacées. Un pas (technologique) de plus vers une meilleure préservation de la vie sauvage.

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page